Le DRASSM et iXblue dévoilent le futur navire de recherche archéologique Alfred Merlin

9 July.
2020

La Ciotat (France), 09/07/2020 – Le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marine (DRASSM – Ministère de la Culture) et iXblue ont dévoilés aujourd’hui le futur navire de recherche archéologique sous-marine Alfred Merlin, lors de la cérémonie de Grande Jonction des coques du navire.

Destiné à étendre le rayon d’action et soutenir les activités maritimes croissantes du DRASSM, l’Alfred Merlin, construit à La Ciotat par le chantier naval iXblue, sera accueilli au service opérationnel au printemps 2021. Il sera l’un des plus grands navires en composite au monde, avec un tonnage de 498 UMS. Véritable concentré d’innovations technologiques, il est le précurseur d’une nouvelle génération de navire plus économes, plus écologiques et plus efficients.

Grande Jonction

 

D’une longueur de 46 mètres pour une largeur maximale de 10, 80 m et un tirant d’eau de 3.2 mètres, l’Alfred Merlin affichera un déplacement de 400 tonnes. Il pourra atteindre une vitesse maximale de 15 nœuds et bénéficiera d’une autonomie de 10 jours de vivres et de 3 500 milles. Sa structure en composite, 60% plus légère que son équivalent en acier, permettra de réduire son impact environnemental : baisse des émissions de gaz à effet de serre, diminution de la consommation de fuel, suppression des traitements anti-corrosion, amélioration de la signature acoustique sous-marine, et limitation de la propagation des vibrations et des bruits sous-marins.

« iXblue est fier de prendre part à cette aventure auprès du DRASSM. » déclare Fabien Napolitano, PDG d’iXblue. « Participer au développement et à la construction de l’Alfred Merlin, qui préfigure une nouvelle génération de navire scientifique, est une grande fierté pour notre groupe et s’inscrit dans notre stratégie visant à repenser l’industrie navale. Le développement de ce navire aura de plus mobilisé de nombreuses compétences au sein de notre société. Nos centrales inertielles et solutions d’intelligence artificielle permettront en effet d’assurer la sécurité du navire et de sa navigation. Nos réseaux de Bragg fait de fibres optiques spéciales et installés dans le bordé du navire, permettront quant à eux de mesurer, en temps réel, les contraintes exercées sur la coque pour optimiser les constructions des futurs navires. L’Alfred Merlin sera donc un véritable navire laboratoire tout au long de son cycle de vie et ouvrira la voie à un nouveau type de navire de recherche. »

 « La construction du navire de recherche archéologique sous-marine l’Alfred Merlin, second grand navire construit en moins d’une décennie pour le DRASSM, confirme l’extraordinaire dynamisme de la recherche française dans une discipline que notre pays a largement contribué à inventer et où la France joue le premier rôle dans le monde » indique Michel L’Hour, directeur du DRASSM.  « Equipé de systèmes de détection électroniques très performants et d’une flotte de robots spécifiquement construits par le DRASSM et le Laboratoire d’Informatique de Robotique et de Micro-électronique de Montpellier pour la recherche à très grande profondeur, le Merlin permettra de mieux protéger, étudier et valoriser le patrimoine immergé dans l’ensemble des eaux sous juridiction française, en métropole comme dans les outre-mer »